Question de l’épilation chez la toute jeune fille

Le 15/07/2018

Nous ne sommes pas toutes égales à la naissance en ce qui concerne la pilosité dont nous héritons. De ce fait, certaines très jeunes filles sont confrontées très tôt à la question de l’épilation. Si leur pilosité est déjà fort développée, cela engendre souvent des complexes, l’appréhension de se rendre à la piscine entre copines, ou ne plus oser porter de jupes…

Pour éviter que la jeune fille s’essaye seule, en cachette, à une épilation par rasage parfois dangereuse (on pense aussi au début au dessus de la lèvre supérieure qui enlevé au rasoir va repousser encore plus dru et fourni…), il est nécessaire d’en parler avec elle et de l’accompagner consulter soit un dermatologue, soit une professionnelle en institut de beauté.

Les premiers poils et les changements de l’adolescence

La puberté marque en effet l’apparition de la pilosité. Avec le regard des autres très lourd dans son importance à cette époque de la vie, l’épilation arrive très vite dans les questionnements. Du coup, vers 12/13 ans il n’est pas rare que des collégiennes aient déjà pratiqué l’épilation. Il n’existe aucune contre-indication médicale par rapport à l’âge. Il faut surtout tenir compte du bien-être et de l’épanouissement de l’adolescente. Si elle veut se débarrasser de ses poils qui l’empêchent de s’éclater comme on le fait à presque 15 ans, il est temps de décider de la méthode dépilatoire à choisir.

Les débuts de l’épilation de l’adolescente

Pour démarrer, si la pilosité peut être éradiquée par une décoloration, une visite chez un dermatologue aiguillera sur la marche à suivre. Les poils qui noircissent la lèvre supérieure ou le duvet qui apparaît sur le bas ventre peuvent être traités ainsi.

En ce qui concerne les poils de jambes, sous les aisselles, ou le pubis, il faut commencer progressivement, et pourquoi pas d’abord, raccourcir au petit ciseau à ongles de bébé les poils disgracieux. Pour se mettre en maillot de bain par exemple. La jeune fille doit comprendre que démarrer une épilation implique un entretien très régulier, parfois cher (si on passe systématiquement par une esthéticienne) et chronophage si on opte pour le home made avec la cire chaude à faire chez soi.

Ce qui est bien c’est d’accompagner sa fille, soit en rendez-vous esthétique, soit en l’aidant les premières fois à appliquer la cire ou la crème (en ayant pris les précautions de rigueur pour vérifier qu’il n’y a pas de risques allergiques). On peut également lui expliquer que les petites retouches peuvent se faire à la pince à épiler même si c’est un peu douloureux. On évitera le plus possible et le plus longtemps que l’on peut, l’utilisation du rasoir.

Quant à la question de l’épilation au laser, elle est fortement déconseillée durant la puberté. D’ailleurs, un professionnel se doit de vous le dire et de refuser d’épiler ainsi votre jeune fille. En effet, les hormones sont en plein chamboulement ce qui fait que la pilosité elle-même n’est pas stabilisée. Elle fonctionne pour l’instant par poussées, ce qui ne veut pas dire que l’ado aura toute sa vie des poils nombreux et épais. Il est préconisé d’utiliser le laser pour épiler les aisselles et les jambes après 2 années complètes de menstruations régulières et après avoir procédé à plusieurs épilations à la cire.

Leave a Reply