Et ma pince à épiler ? Laquelle choisir ?

Le 18/02/2016

Comme le dit le vieil adage, à bon outil, bon travailleur ! Pour s’épiler « at home », il ne suffit pas d’être motivé et de se préparer à quelques petites douleurs ! Il faut absolument posséder la bonne pince à épiler. La méthode a beau être la plus économique à ce jour, on a le droit de s’offrir une pince digne de ce nom, de belle facture et adaptée parfaitement à l’usage qu’on en souhaite.

Pince à épiler : sa fiche signalétique !

Bien entendu, il en existe de toutes les grandeurs, des colorées, des ultra customisées, des classiques, sobres mais efficaces !

Mesures traditionnelles entre 8 et 15 centimètres. La pince à épiler est conçue avec deux bras linéaires, droits ou courbes, dont le bout finit par un mors ; c’est lui le plus important… puisqu’il est l’attrapeur de poils ! Vous trouvez des pinces à tous les prix, de quelques euros à plusieurs dizaines. Le but est de choisir le modèle qui techniquement convient à votre usage dépilatoire. Si en plus, vous avez les sous qu’il faut pour vous octroyer une pince tendance, dans un matériau noble et dans des tons dignes d’une galerie d’art… tant mieux !

Mais le primordial est d’abord de reconnaître les différents mors et d’en déduire l’utilité spécifique. Il existe quatre catégories de pinces.

La pince biseautée ou en biais. Elle est d’une précision inégalée, elle est très résistante. Non contente d’être performante, cette pince à épiler dite en biais permet d’épiler les zones sensibles et fragiles comme le maillot ou les aisselles. L’arrachage des poils s’il est efficace, est un peu moins douloureux qu’il n’y paraît, car ses mors en biseau permettent de tirer le poil au plus proche de la peau.

La pince la plus traditionnelle est la pince droite ou carrée. Elle est la plus courante, celle dont le mors est linéaire et qui de ce fait est très pratique pour arracher les poils drus. Son passage laisse l’épiderme net, lisse…

Peut-être un peu moins utilisée, la pince à épiler crabe ; elle est spécifiquement étudiée pour le visage avec des embouts adaptés à la prise de poil au niveau de la jointure des sourcils. Idéale également pour façonner un galbe de sourcil dans son entièreté, elle est conseillée pour l’épilation des lignes de bord de cils. Ses extrémités sont recourbées vers l’intérieur et du coup, elle peut emprisonner même les plus fins et les plus minuscules poils. Ce qui est souvent le cas des sourcils naissant.

Enfin, la pince à épiler pointue dont les tiges sont en forme de petites épées, assez piquantes, donc à manipuler avec précaution. Cette forme de pince est souvent utile pour les poils incarnés car elle peut légèrement pénétrer l’épiderme (sans le léser attention !) afin d’extraire les bulbes pileux commençant à s’enkyster. Elle sert parfois de dernier rempart à l’extraction des échardes également !

A vous de voir celle qui vous semble la plus appropriée à votre situation ! Bien entendu l’idéal serait d’avoir chaque outil « pince à épiler »en fonction de l’épilation à effectuer !

Aujourd’hui, à l’ère du high-tech, vous trouverez aussi ces modèles dans leurs versions électriques, et même lumineuses. (Cette option est pratique pour s’épiler même dans une pièce sombre ou à contre-jour !).

One Response to “Et ma pince à épiler ? Laquelle choisir ?”

  1. Marie dit :

    Merci article complet, je me permet d’ajouter que la pince à épiler lumineuse est plutôt pratique car aucun poil ne risque d’échapper grâce à la lumière blanche

RSS feed for comments on this post. And trackBack URL.

Leave a Reply